Home Actualités Aigles U20 Coupe du monde Pologne 2019 : Sékou Koïta, meilleur buteur et meilleur...

Coupe du monde Pologne 2019 : Sékou Koïta, meilleur buteur et meilleur passeur malien

507
0
SHARE
Sékou Koita (Mali)

Si parcours des Aiglons est très élogieux dans cette 22ème édition de Coupe du monde U20, les statistiques défensives laissent à désirer. Le Mali a encaissé 13 buts en 5 matchs, soit une moyenne de 2,6 buts pris par rencontre. On peut aisément dire que la défense a été le maillon faible de cette équipe, qui était pourtant bien taillé pour aller jusqu’au bout de cette compétition. Pourtant, Mamoutou Kané «Mourlé», a fait jouer tous ses joueurs de champ.

Seuls les gardiens de but Alkalifa Coulibaly et Souleymane Coulibaly, n’ont pas eu de temps de jeu. Maintenant, il faut un débat autour de la participation malienne à cette Coupe du monde et ensemble tiré les enseignements, pour les prochaines éditions.

Sékou Koïta : Buteur, passeur, dribleur, technique, fusée, les qualificatifs manquent pour illustrer les prestations de Sékou Koïta (19 ans), à la phase finale de la 22ème édition de la Coupe du monde en Pologne. L’enfant de Kita, a ébloui le monde par son talent. Auteur de 3 buts et 3 passes décisives en 4 matchs (390 minutes jouées), Sékou Koïta est considéré par de nombreux observateurs, comme le meilleur joueur de cette compétition. Il a tapé à l’œil de beaucoup de recruteurs des grands clubs européens, malheureusement il va faire ses grands débuts la saison prochaine avec le Red Bull Salzbourg, dans l’élite autrichienne où il a inscrit 5 buts et distillés 3 passes décisives en 14 matchs avec Wolfsberger AC, lors d’un prêt de 6 mois.

Mohamed Camara : Auteur de 2 buts et 3 passes décisives en 4 matchs dans ce tournoi en Pologne (360 minutes jouées), le milieu de terrain de 19 ans du Red Bull Salzbourg prêté cette saison à Hartberg, aussi tenu son rang avec les Aigles du Mali. Mohamed Camara surnommé «Tiamantié», a été l’un des meilleurs joueurs maliens à la phase finale de cette coupe du monde U20, à l’image de Sékou Koïta.

Aboubacar Boubou Konté : Pensionnaire de Sarpsborg 08 (D1 norvégienne), le très jeune milieu offensif ou excentré Aboubacar Boubou Konté (18 ans), est le premier buteur de cette équipe malienne face au Panama (39’), lors de la 1ère journée. D’une frappe limpide, il surprend le gardien de but panamien. Il a aussi été décisif en entrant lors des quarts de finale contre l’Argentine. C’est lui qui marque le but égalisateur à la 120’+1, sur une belle passe de Sékou Koïta. Il aura marqué 2 buts en 5 matchs, soit 226 minutes jouées.

Ibrahima Koné : Il n’a pas été ridicule au front de l’attaque malienne. L’attaquant du FK Haugesund (D1 norvégienne), qui est venu dans la précipitation pour remplacer El Bilal Touré (17 ans). Il aura inscrit 1 but et distillé une passe décisive en 4 matchs, soit 309 minutes jouées. La seule fausse note d’Ibrahima Koné dans cette compétition, a été le but contre son camp dans le match crucial face à l’Italie (12’), en quart de finale.

Boubacar Traoré : Ce garçon peut encore mieux faire. L’un des plus jeunes du groupe, le pensionnaire de l’Association Sportive de Bamako (ASB), Boubacar Traoré, a aussi inscrit 1 but et offert une 1 passe décisive en 5 matchs, soit 331 minutes jouées. À l’instar d’Aboubacar Boubou Konté, El Bilal Touré, Alkalifa Coulibaly et Souleymane Coulibaly, peut encore rejouer en catégorie U20 avec la génération 2021.

Fodé Konaté : Trop de précipitation, de déchets techniques et un manque de lucidité sur ses centres… Fodé Konaté n’a pas présenté son vrai visage dans cette compétition. Le défenseur de Famalicão (D1 portugaise), est d’habitude très propre dans les marquages, très offensif et des centres bien précis. Le manque de préparation peut expliquer certainement ces lacunes au cours de cette coupe du monde où il aura disputé 3 matchs, soit 270 minutes jouées.

Abdoulaye Diaby : La défense malienne a été le plus faible des Aiglons du Mali dans cette Coupe du monde avec 13 buts encaissés en 5 matchs, soit une moyenne de 2,6 buts par rencontre. Malgré sa détermination, Abdoulaye Diaby qui évolue sous la tunique du Royal Antwerp (D1 belge), n’a pas pu empêcher cette fébrilité défensive. Il a même marqué un but contre son camp en prolongation face à l’Argentine (91), après avoir égalisé le premier but à la 67ème minute. Il a encore quelques lacunes à cause de sa grande taille, mais qui pourraient être des avantages, s’ils arrivent à travailler d’avantage. Il a joué 5 matchs pour 1 but en 480 minutes jouées. Un joueur taillé pour la Premier League anglaise.

Drissa Diarra : Titulaire dans l’axe central avec Clément Boubacar Kanouté, lors de la phase de poules de la CAN 2019 au Niger, Drissa Diarra «Dri ballon», a perdu sa place au profit d’Abdoulaye Diaby. Dans cette Coupe du monde, il n’a disputé qu’un seul match. C’était contre l’Argentine, en 8ème de finale. Il a une musculature imposante et pourrait faire une grande carrière de footballeur professionnel, s’il arrivait à s’expatrier très rapidement.

Babou Fofana : Il a fini par s’installer comme titulaire sur le flanc droit, après son match héroïque contre l’Argentine, en 8ème de finale. Le défenseur de 20 ans du Stade malien de Bamako, a beaucoup de déchet technique et souvent malmené par ses adversaires directs. Il doit également travailler beaucoup sur le plan marque et ses rushs offensifs. Il dispose d’un physique imposant comme latéral droit et peut encore progresser. Il aura disputé 2 matchs dans cette compétition, soit 176 minutes jouées.

Arnaud Konan : Il a alterné du bon et du moins bon au cours de ses différents matchs. Technique et très véloce, Arnaud Konan (19 ans), commet souvent des erreurs de jeuneuses et n’est pas très rugueux sur ses interventions, pour récupérer proprement la balle à l’adversaire. Il faut dire qu’il a remplacé dans ce groupe, Amadou Danté, qui s’est blessé lors d’un entrainement de l’équipe à Bamako et qui n’a pas pu prendre part à cette compétition. Pensionnaire des Étoiles du Mandé, il a disputé 5 matchs (476 minutes jouées).

Clément Boubacar Kanouté : Capitaine, le défenseur du CS Duguwolofila (D1 malienne), est aussi comptable de la porosité défensive des Aiglons du Mali à cette phase finale de Coupe du monde. C’est sur un de ces dégagements mal effectué qui a ricoché sur les jambes d’Abdoulaye Diaby, que l’Argentine avait ouvert le score en 8ème de finale. Il a fait une Coupe du monde moindre, par rapport à ce qu’il avait montré comme qualité lors de la CAN 2019 au Niger où le Mali avait été sacré champion d’Afrique. Il aura disputé la totalité des 5 matchs dans cette compétition, soit 480 minutes jouées.

Youssouf Koïta : Même s’il a été souvent excellent dans cette Coupe du monde, Youssouf Koïta, aura encaissé 13 buts en 5 matchs. Tous les buts encaissés par le Mali, ne sont pas les fautes de Youssouf Koïta, mais il pouvait empêcher certains, à l’image du troisième but contre l’Arabie Saoudite, le deuxième but de l’Italie dans un angle fermé et la sortie aveugle sur le penalty imaginaire sifflé en faveur de l’équipe italienne (83’) par l’arbitre américain Ismaël ElFath.

Sambou Sissoko : Infatigable travailleur au milieu de terrain, Sambou Sissoko (18 ans), a été l’un des joueurs les plus utilisés par Mamoutou Kané «Mourlé». Le joueur du Djoliba AC de Bamako, a disputé l’intégralité des 5 matchs, soit 480 minutes jeu. Mieux, il a marqué le but de la victoire des Aiglons du Mali aux tirs au but face à l’Argentine (2-2 tab 5-4). Il est aujourd’hui dans le viseur de plusieurs clubs européens et peut encore progresser.

Ousmane Diakité : Ce jeune milieu de terrain du Red Bull Salzbourg, est un diamant brut à polir. Il a certes beaucoup de qualité, mais Ousmane Diakité «Xavi» (18 ans), doit savoir contenir ses émotions… Le carton rouge qu’il a pris face à l’Italie à véritablement pénaliser son équipe, qui a joué à 10 contre 11 dès la 21ème minute de jeu, même si l’arbitrage d’Ismail Elfath, est jugé très sévère pour une première. Il a le même profil que Mahamadou Diarra «Djila», qui a fait les beaux jours du Real Madrid, mais va devoir véritablement travailler l’endurance et contrôler ses émotions.

Mamadou Samaké : S’il était titulaire à part entière à la CAN 2019 au Niger, Mamadou Samaké «Petit», n’a joué qu’un seul match en Pologne lors de cette Coupe du monde, soit seulement 34 minutes joués. Le joueur du Standard Liège (D1 belge), n’a jamais su retrouver sa place dans ce groupe, avec le duo Mohamed Camara «Tiamantié» et l’infatigable Sambou Sissoko.

Hadji Dramé : Passé complément à côté de son match contre le Panama et relégué au banc de touche par Mamoutou Kané «Mourlé», Hadj Dramé, qui devrait bientôt rejoindre les rangs de l’Olympique Lyonnais, a signé son grand retour en 8ème de finale contre l’Argentine. Progressivement le jeune ailier de 18 ans, a commencé à retrouver ses repères dans ce groupe des Aiglons du Mali. Il a disputé 3 matchs, soit 276 minutes jouées.

Mamadou Traoré «Capi» : Remplaçant tout au long de cette Coupe du monde, le pensionnaire du Stade malien de Bamako, qui était blessé à quelques semaines de cette compétition, n’a pas trouvé la faille dans les défenses adverses. Il nous a laissé sur nos faims, car c’est un jeune qui est capable des frappes les plus assourdissantes, mais n’a été que l’ombre de lui-même. Il a égratigné quelques minutes sur chacun des 5 matchs, soit seulement 80 minutes jouées.

Lassana Ndiaye : S’il n’a disputé qu’un seul match dans ce tournoi, soit 76 minutes jouées, l’attaquant du CSKA Moscou (D1 russe), n’a pas su trouver la faille contre le Panama, malgré quelques occasions qu’il s’est procuré. Il est encore très jeune et perfectible, mais il doit encore travailler sur sa musculature pour être plus percutant au front de l’attaque, car marqué des buts, nécessite forcement des efforts et beaucoup de combativité. Il a la technique et la bonne vision de jeu et peut véritablement progresser.

Mamady Diarra : Nouveau joueur de Cadiz CF (D2 espagnole), Mamady Diarra, qui a été l’une des surprises sur la liste de Mamoutou Kané «Mourlé», n’a joué qu’un seul match, soit seulement 19 minutes. D’habitude très explosif et dribbleur, l’ancien pensionnaire de l’Académie Olympique Yeelen, n’a été que l’ombre de lui-même. Vivement qu’il retourne à son club pour continuer sa progression, en vue des prochaines échéances avec l’Équipe nationale.

Par Bréhima DIAKITÉ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here