Home Actualités Aigles du Mali Œil du technicien Brahim Thiam : «Il y’avait quelques choses à faire…»

Œil du technicien Brahim Thiam : «Il y’avait quelques choses à faire…»

729
0
SHARE
BrahimThiam (Consultant à beIN SPORTS)

L’ancien international malien Brahim Thiam, aujourd’hui Consultant sur la chaîne beIN SPORTS, a posté une vidéo sur sa page twitter pour faire un petit debrief de la rencontre Mali / Côte d’Ivoire, en 8ème de finale de cette 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations en Égypte. Les Aigles ont été dominateurs dans le jeu, mais pas efficaces devant le but ivoirien.

Manque d’efficacité offensivement

«C’est déplorable, quand on est dans une compétition avec une élimination directe évidemment. On a fait trois matchs de poules intéressants et qu’on est en 8ème de finale, c’est déplorable et surtout pour ses jeunes joueurs. C’est une belle génération. Malheureusement une compétition, il faut gagner des matchs et pour les gagner il faut mettre des buts. Si tu as 45 minutes de temps fort et que tu ne matérialises pas au moins par un but, tu restes en danger. Tu reste découvert. Et sur l’une des rares erreurs défensives, le Mali s’est fait surprendre par cette équipe expérimentée et notamment Wilfried Zaha, le joueur de Crystal Palace. La compétition c’est gagner des matchs, avoir l’agressivité défensive et offensive, mettre des buts. »

Mauvaise gestion des changements

«Ce changement est arrivé trop tôt d’Abdoulaye Diaby. J’aurais opté moi à sortir Maréga et laisser trois joueurs devant avec de la vitesse et du mouvement, pour mettre en difficulté l’axe central ivoirien, qui était costaud avec Kanon. Ce dernier était plus en difficulté. Il était fatigué, il fallait faire entrer Adama Traoré (Malouda), avec Djenepo et Abdoulaye Diaby, les trois pouvaient peut-être faire des permutations. Attendre vers la fin pour faire rentrer Coulibaly, pour mette un but. Ça été le point négatif en matière de gestion de l’effectif. C’est dommage vraiment, parce que il y’avait quelques choses à faire hier. »

Par Bréhima DIAKITÉ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here